Ghardaïa : la promotion de la langue Amazighe tributaire de sa pratique quotidienne

Ghardaïa : la promotion de la langue Amazighe tributaire de sa pratique quotidienne

GHARDAIA – La préservation et la promotion de la langue amazighe restent tributaires de sa pratique quotidienne et des institutions sociétales, éducatives et culturelles du pays, estiment de nombreux amazighophones de la région du M’zab.

Les acquis enregistrés dans l’institutionnalisation et la promotion de la langue amazighe doivent être confortés et encouragés de manière proactive par une production culturelle, littéraire, cinématographique et musicale en variante amazighe locale, soutiennent de nombreux étudiants interrogés par l’APS à l’occasion de la double célébration de la journée internationale des langues maternelle (21 février) et de la semaine des langues africaines.

Pour les Ghardaouis amazighophones, la langue amazighe est fortement pratiquée entre les citoyens à différents niveaux, à travers la promotion de l’utilisation de cette langue dans les supports d’information et de communication, en particulier les sites web, la radio, les réunions entre amazighophones ainsi que la propagation des chansons locales amazighes, jadis considérées comme “Tabou”.

“La chanson et les chorales en variante amazighe locale ont contribué à perpétuer la langue”, estime Youcef Lassaker, un féru de la langue amazighe locale, avant d’ajouter que beaucoup reste à faire pour promouvoir réellement la culture et la langue amazighe dans la région”.

Un changement progressif des mentalités a permis de franchir une étape importante depuis les années 90 avec l’apparition de nombreux jeunes chanteurs en langue amazighe locale, pour la promotion de la langue et sa préservation.

Pour ce qui de l’enseignement de la langue amazighe à Ghardaïa, pas moins de 6.000 élèves étudient la variante locale du M’zab, sous la conduite de près de 40 enseignants et selon un programme élaboré par le ministère de l’Education nationale, a affirmé Massinissa Ouali, inspecteur de la langue amazighe à Ghardaïa.

M. Ouali pense que la promotion de cette langue et de sa culture passe nécessairement par “la mise en valeur d’activités artistiques et culturelles et la pratique quotidienne de cette langue”.

“Mon expérience professionnelle montre que l’art dramatique, les activités théâtrales et la production littéraire sont des moyens appropriés pour la promotion de la langue et la culture amazighes, qui constituent un capital fondamental de notre personnalité et identité”, a-t-il souligné.

Avancées  significatives dans l’enseignement amazigh

L’Algérie a réalisé des “avancées significatives” pour la promotion et l’enrichissement de l’enseignement de la langue amazighe, dans toute sa diversité et ses 13 genres parlés en Algérie, a souligné Noureddine Semaoui, un enseignant de Ghardaia à la retraite.

“La promotion de la culture amazighe nécessite la conjugaison des efforts de l’ensemble des acteurs, institutions, individus et collectivités”, a-t-il soutenu, soulignant que “seule la pratique quotidienne de cette langue et la créativité culturelle permettent de la sauvegarder”.

Le renforcement de la place de la culture et la langue amazighes au sein du tissu culturel national nécessite des études de recherches linguistiques, une production littéraire, la traduction à partir des autres langues vers la langue amazighe et la formation d’enseignants, tout en incitant la population à la lecture, a estimé également M. Semaoui.

Se félicitant de l’intégration de la langue amazighe dans les programmes scolaires dans la wilaya, M. A.Bakir, travailleur à la radio, a indiqué que la radio locale joue également un rôle important et diffuse quotidiennement des émissions dédiées à la femme et à la famille, en plus du programme d’information en langue amazighe.

Ajouter à cela la production générale et variée dédiée au large public amazigh, la chaine 4 de l’ENTV diffuse quotidiennement des émissions culturelles de divertissement et d’information ainsi que le lancement par l’agence APS d’un site en langue amazighe qui a permis d’offrir l’actualité dans cette variante linguistique, tant pour le public que pour les professionnels du secteur.

Outre cela, de nombreux membres de la société civile utilisent la langue amazighe locale via les réseaux sociaux et les SMS (Short Message Service) pour les actions de sensibilisation, d’information et de commerce.

Partagez sur :

Source : APS

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.