Festival universitaire du court-métrage : “I got hacked” sacré meilleur film

Festival universitaire du court-métrage : “I got hacked” sacré meilleur film

BATNA – Le film “I got hacked” de la direction des œuvres universitaires de Sidi Amar de l’université Badji Mokhtar d’Annaba a été sacré meilleur film de la 7ème édition du Festival national universitaire du court-métrage clôturée samedi à Batna au terme de deux jours de compétition.

Sélectionné parmi 14 courts métrages en lice durant l’édition 2022 du Festival, “I got hacked”, du jeune étudiant Mohamed Mounir Hedlane, qui aborde le sujet du piratage des comptes et des pages personnelles sur les réseaux sociaux, a convaincu le jury composé d’académiciens et d’artistes, a indiqué Larbi Boulbina, artiste, dramaturge et membre du jury.

La cérémonie de clôture du Festival, organisé par la Direction des œuvres universitaires Batna-Bouakal, s’est déroulée à la cité universitaire “frères chouhada Oudjera”, au chef-lieu de wilaya, en présence d’invités de plusieurs universités et directions des œuvres universitaires du pays, d’artistes de théâtre et de cinéma.

Le prix du meilleur montage a été décerné au film “Avant-première” de la cité universitaire Ahmed Draia d’Adrar, tandis que le film “Oukdet El Madhi” (complexe du passé) de la direction des œuvres universitaires Batna-Bouakal a obtenu le prix de la meilleure musique et des effets spéciaux et celui de la meilleure interprétation féminine, qui est revenu à l’étudiante Hadil Bouta.

Le prix de la meilleure interprétation masculine a été partagé par Akram Belferag, pour son rôle dans le film “Irth Echaitane” (Legs du diable) de la direction des œuvres universitaires Ain Bey de Constantine, et Dhaoui Bahloul pour son rôle dans le film “El Ikhtiyar El Akhar” (L’autre choix) de la direction des œuvres universitaires de Tébessa.

L’université de Sétif a obtenu le prix du meilleur scénario pour le film “Jinayate 51” et l’université Badji Mokhtar d’Annaba celui de la meilleure mise en scène pour le film “Facture”.

La cité universitaire Mouley Tahar de l’université de Saïda s’est vue attribuer, pour sa part, le prix du jury pour son film “Ikram”.

Durant la clôture, le sous-directeur de l’animation en milieu universitaire au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Smail Inzarène, a indiqué que l’année 2022 verra la tenue d’activités de “qualité” programmées par le ministère à l’occasion du 60ème anniversaire de la fête de l’indépendance, dont la semaine scientifique, culturelle et sportive, prévue en mai prochain à Sétif, pour la célébration de la journée de l’étudiant.

L’objectif à travers l’encouragement de ces activités, a-t-il noté, est de favoriser une large participation estudiantine et de renforcer la coordination entre la pédagogie et les œuvres universitaires qui appartiennent au même secteur.

Le commissaire de ce Festival national, Bachir Moustiri, également directeur des œuvres universitaires Batna-Bouakal, a souligné que compte tenu de la conjoncture sanitaire exceptionnelle liée à la pandémie de Covid-19, le recours à la projection des films à distance a permis aux étudiants et à la majorité des participants de suivre le déroulement du Festival sur la chaîne de la direction sur Youtube.

Les invités d’honneur du Festival, notamment les artistes Fatiha Soltane et Fatima Amel Belhamissi ont considéré que le festival constitue “une opportunité et un espace de découverte de jeunes talents au sein de la communauté estudiantine”.

Selon les organisateurs, le Festival dont les prix seront remis au cours de la semaine scientifique, culturelle et sportive prévue en mai prochain à Sétif, a connu la participation de 14 courts-métrages retenus pour la compétition et huit autres hors compétition, de plusieurs universités et directions des œuvres universitaires du pays.

Des ateliers de formation aux métiers du cinéma ont été organisés au profit des étudiants en marge du festival.

Partagez sur :

Source : APS

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.