3e édition du Prix Cheikh Abdelkrim Dali : 7 jeunes talents en lice

3e édition du Prix Cheikh Abdelkrim Dali : 7 jeunes talents en lice

Sept (7) jeunes talents sont en lice pour le Prix Cheikh Abdelkrim Dali de la meilleure interprétation du chant andalous au titre de la 3e édition de cette compétition qui s’étalera du 21 au 25 février, ont indiqué, lundi à Alger, les organisateurs de cet évènement artistique.

S’exprimant, lors d’une conférence de presse animée à la salle Atlas (Bab El Oued), Mme. Wahiba Dali, présidente de la fondation “Cheikh Abdelkrim Dali” a fait savoir que la 3e édition sera organisée sous le patronage du ministère de la Culture et des Arts en collaboration avec le ministère de la Communication, précisant que l’ouverture aura lieu le 21 février courant à l’Opéra d’Alger “Boualem Bessaih”.

Reportée en raison de la situation pandémique, la manifestation verra, cette année, la participation de sept (7) jeunes voix pour décrocher le prix, a-t-elle précisé.

La 3e édition qui se déroulera au Palais de la Culture “Moufdi Zakaria” les 21, 22 et 23 février verra la participation de Youcef Nouar, Nassima Hefaf, Asmaa Hamza, Lamine Saadi, Tarek Amir Mechri, Ghofran Bouach et Naoufel Ramdan, a-t-elle annoncé.

La cérémonie d’ouverture à l’Opéra d’Alger sera animée par les artistes Bahdja Rehal, Zakia Kara Torki et Karim Boughazi accompagnés de l’orchestre Abdelkrim Dali dirigée par le maestro Nadjib Kateb.

D’après la présidente de la fondation, les candidats seront évalués par un jury présidé par l’artiste et académicien, Noureddine Saoudi, en sus d’autres membres à savoir Cheikh Salah Boukli, Ben Tellis Mohamed Larbi, Fazilat Dif et Bahdja Rehal.

Elle a fait savoir, par ailleurs, que l’annonce des résultats du concours aura lieu le 25 février courant à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih où il sera organisé à cette occasion un spectacle chorégraphique intitulé “De Baghdâd à Cordoba” abordant l’histoire et le parcours de la musique andalouse en Algérie et ses principaux symboles, en sus de chants et de danses chorégraphiques avec la participation d’une élite d’artistes, à l’instar de Lamia Maadini, Hasna Hini, Lila Borsali et Abdelouahab Bahri ainsi que la troupe de ballet de l’Opéra d’Alger.

Pour sa part, le président de jury du concours, Noureddine Saoudi, a évoqué le parcours et les efforts du maître de la chanson andalouse Cheikh Abdelkrim Dali (1914-1978) pour la préservation du patrimoine musical andalous de l’Algérie, qualifiant cet artiste de pilier de la musique andalouse et unificateur des écoles de la musique andalouse algérienne (Tlemcen et Alger) ayant réussi, grâce à l’accès au monde artistique à un âge précoce et à ses déplacements entre les villes de Tlemcen et Alger, à réunir les deux écoles.

Après avoir mis en exergue les efforts de feu Cheikh Abdelkrim Dali dans l’écriture des recueils du patrimoine andalous et l’enseignement, M. Saoudi a rappelé l’époque où il était élève de maître Dali au conservatoire communal de musique d’Alger, soulignant que feu Dali jouait de plusieurs instruments de musique à l’instar du piano, le violoncelle et du “oud”.

Pour rappel, le chanteur Abdelouahab Bahri avait été sacré, le 20 novembre 2018, grand lauréat de la 2e édition du concours de la meilleure interprétation du chant andalou du “Prix Cheikh Abdelkrim-Dali”.

Organisé depuis 2016, le Prix Cheikh Abdelkrim-Dali, du nom d’une grande figure de l’andalou qui a su allier “gharnati” et “sanaâ”, vise à promouvoir de jeunes talents et enrichir le répertoire de cette musique savante.

Partagez sur :

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.